Coaching versus introspection

La question m’est parfois posée par des personnes confrontées à une difficulté et qui envisagent un accompagnement : mais pourquoi je n’arrive pas à me sortir tout seul de cette situation ? à faire un choix ?  prendre une décision ? La plupart du temps j’y parviens mais là, non. J’y ai pourtant beaucoup réfléchi, j’ai retourné le problème dans tous les sens et je n’avance pas.

« Si perçante soit la vue, on ne se voit jamais de dos » (proverbe chinois)
 
Qu’est ce qui différencie donc un travail de coaching d’une réflexion menée seul(e), aussi honnête et rigoureuse soit-elle ? A mon sens trois facteurs principaux :

a) La présence d’un autre que soi
La présence du coach est une  invitation faite au client à penser autrement – à coté, plus loin, plus simple, moins vite …ou tout l’inverse!
 
Elle offre au client une possibilité de se « désincarcérer » de ses propres représentations, croyances, raisonnements et perceptions au regard de la situation problématique qui fait l’objet de la demande de coaching.
 
Elle autorise l’expression de ce qui, dans la solitude d’une introspection, pourrait etre vécu comme indicible, non représentable voire insupportable, donc inaudible par le client lui-même. On pourrait formuler cela ainsi : le client s’entend car le coach est présent et l’écoute.

b) Une écoute spécifique
L’écoute du coach n’est pas celle de la vie quotidienne,  elle a ses exigences et ses vertus propres.
 
Elle suppose de la part du coach un travail de reconnaissance et de levée de ses propres filtres – représentations, opinions, jugements, savoirs a priori, etc – et une disponibilité à ce qui se passe non seulement en provenance du client (paroles, silences, attitudes) mais également en lui-même (pensées, ressentis, émotions).
 
L’objectif est d’ouvrir un « espace-temps » au client au sein duquel il peut explorer en sécurité non seulement sa pensée mais aussi ses sensations, ses émotions, le vivant en lui qui recèle ses ressources propres et la genèse de la dissolution de la problématique. Cette écoute n’est pas « naturelle » au sens où elle n’est pas celle qui caractérise les échanges humains ordinaires, qui sont souvent encombrés de ce qui fait du bruit en nous par dessus la parole de l’autre.

c) Le cadre posé aux conversations de coaching
La présence de limites réelles (tout ce à quoi se sont engagés le client et le coach) qui soutiennent voire rétablissent les limites symboliques, protège non seulement l’espace relationnel ouvert entre le coach et son client mais également l’espace intérieur de chacun. Elles sont là pour aider à repérer, différencier, distinguer, clarifier ce qui pourrait, dans le discours du client comme dans les interventions du coach, conduire à la confusion de la place et du rôle de chacun.
 
Elles viennent rappeler l’altérité nécessaire à l’émergence de quelque chose qui n’appartient ni au client ni au coach, que ni l’un ni l’autre ne peuvent connaître ou prévoir à l’avance mais seulement constater dans l’après-coup.


Réflexions sur le chaos

Les assassinats successifs perpétrés à Paris et en région parisienne les 7, 8 et 9 janvier 2015 ont provoqué un choc considérable qui s’apparente à un véritable ébranlement psychique au plan collectif et individuel : l’ordonnancement de nos vies s’est trouvé, pendant quelques jours, bouleversé par la violence et ses engendrements, réels et symboliques. Les conséquences […]


Innovation & Leadership : quel destin pour les « champions » du changement?

L’innovation en entreprise peut porter sur des produits, des procédés, des technologies, des modes de travail et d’organisation, elle peut avoir des effets sur tout ou partie de l’activité, et ce de manière plus ou moins radicale. Dans tous les cas, elle nécessite d’être impulsée, portée voire défendue par un « champion » qui fait ainsi figure […]


Recrutement : « Qu’est ce qui est important pour vous? » :

“Qu’est ce qui est important pour vous?” est une question apparemment simple dans sa formulation mais en réalité très puissante car riche en informations tant pour le candidat que pour le recruteur. Posée par le candidat, elle vise à mieux comprendre ce qui, dans le processus de recrutement, est réellement important pour l’interlocuteur, ce qui […]


Chômage : comment lutter contre l’isolement

L’une des définitions de l’isolement est la suivante (Larousse) : « séparation d’un individu – ou d’un groupe d’individus – des autres membres de la société. »   L’isolement, un piège insidieux qu’il ne faut pas sous-estimer Conséquence de la séparation d’avec l’environnement professionnel, le piège de l’isolement peut se refermer en quelques mois : l’identité vacille hors d’un […]


QUEL PROJET POUR QUELLE RETRAITE ?

L’évolution démographique naturelle et son impact sur la pyramide des âges conduisent les entreprises à mettre en œuvre une politique spécifique vis-à-vis des seniors. Anticiper et préparer le départ à la retraite d’un nombre croissant de collaborateurs est un enjeu crucial pour les Directions des Ressources Humaines : il s’agit de s’assurer que les personnes […]


Le coaching en pratique

Le mot coaching, dont l’origine du nom vient de coche, désigne une activité orientée vers l’accompagnement et l’épanouissement de la(les) personne(s) coachée(s). L’usage du mot coaching est apparu en France et en Europe dans les années 1980, en provenance d’Amérique du Nord. En France, on compte parmi ses précurseurs Alain Cardon, Vincent Lenhardt et Jacques-Antoine […]


Le coaching, un luxe ?

La médiatisation relative du coaching, ses formes multiples, l’emploi généralisé du terme pour désigner des pratiques frontalières et pourtant différentes telles que le conseil ou la formation, contribuent à rendre son existence familière en même temps qu’en brouiller les contours. Aussi faut-il préciser ce dont il s’agit ici. Je conçois le coaching comme l’accompagnement d’une […]